Porte-greffes pour fruitiers, tout savoir pour bien choisir les porte-greffes


Fruitiers : les porte-greffesou comment choisir un porte-greffe pour une greffe ?

Les portes greffes sont un « instrument » incontournable dès lors qu’il est question de multiplier des arbres fruitiers. Vous le savez sans doute, les semis ne sont pas la méthode la plus sécurisante pour multiplier les arbres fruitiers dans le sens où les résultats des semis ne sont pas toujours garantis et même parfois irrémédiablement infructueux. En effet s’il pousse très souvent des jeunes cerisiers en dessous de la ramure d’un… cerisier, malheureusement ces jeunes arbres une fois en age de produire des fruits, ne donneront pas les résultats espérés des fruits petits, peu sucrés, et peu nombreux. Et c’est le cas de la plupart des arbres fruitiers comme pour les fruits à pépins comme le pommier ou le poirier.

C’est quoi un porte-greffe ?

Un porte greffe est un arbre qui va recevoir un greffon d’une autre essence. Les 2, le porte greffe et son greffon sont « soudé » l’un à l’autre. Le greffon se développe grace à son support le porte-greffe qui l’alimente. Et il produira les même fruits que l’arbre fruitier sur lequel il a été prélevé.

Pourquoi utiliser un porte-greffe ?

Comme on l’a déjà évoqué en introduction, les semis ne sont pas un méthode sûr de culture. En effet en dehors de l’aspect de difficulté de réussite, il y a aussi que la certitude d’obtenir la même variété que l’arbre souche, car la fécondation peut avoir un impact non négligeable sur le résultat notamment sur les fruitiers àpépins. Pour obtenir avec certitude la même variété il faut protéger les fleurs, faire la fécondation manuellement… Bref, en dehors d’un laboratoire, on peut toujours avoir des (mauvaises) surprises. Sans compter le temps d’attente pour obtenir un arbre qui va donner des fruits.

Le porte greffe permet en plus de produire à grande échelle et dans de bonne condition :

• Il permet un choix adapté entre la variété de fruitier et une variété de porte-greffe en fonction la nature du sol.
• Il permet une plus grande rapidité pour obtenir les fruitiers.
• Il permet également d’adapter la forme attendue de l’arbre : (Palissé, basse-tige, demi-tige, haute-tige (ou « plein vent »).
> Porte greffe petite croissance pour produire des arbres forme palissé ou « basse-tige »
> Porte greffe à forte croissance pour produire des arbres forme haute-tige.

Le porte-greffe accélérateur de culture :

Bien adapté à la nature du sol d’un verger, le porte greffe une fois qu’il a reçu son greffon aura les meilleure chances de s’y plaire également et d’y croître parfaitement, en restituant parfaitement toutes les ressources qu’il a puisé sans le sol à l’arbre.
Le choix du porte greffe est donc un « Mix » entre plusieurs facteurs :
• La nature du porte greffe, à forte ou faible croissance
• Le choix de la forme définitive de l’arbre
• Sa cohérence par rapport à la nature du sol.
• Les besoins du greffon en fonction de sa variété.
• Un autre aspect a son importance c’est le lieu, c’est à dire la surface du verger, grand ou exigu, et le nombre de sujets et de variétés que l’on souhaite y implanter, il sera possible d’adapter les formes pour remplir un petit verger avec de nombreuses variétés ou au contraire élever des hautes-tiges en liberté, comme en pâture.

Le mot du jardinier amateur :

Les porte-greffes les plus limités en vigueur par nature seront utilisés avec des greffons aux branches taillées à une petite taille. Ce qui n’empêchera pas un production respectable et de belle qualité.
Par ailleurs tout n’est pas question seulement de choix. En effet, les porte-greffes vigoureux ont besoin de lumière et d’espace pour atteindre une taille qui leur permet d’installer un fructification satisfaisante.

Quelles variétés de fruitiers sur quelles variétés de porte-greffe :

L’abricotier :

Les pépiniéristes ont coutume d’utiliser des variétés de pruniers pour réaliser des porte-greffes. C’est en particulier vrai de la variété prunus myrobolan qui permet une culture sur tous types de sols et en particulier sur sol sec. Le myrobolan permet également une croissance vigoureuse et rapide, idéale pour les formes en haute-tiges. voir la culture de l’abricotier.

L’amandier :

L’amandier est un arbre greffé sur un porte-greffe de pêcher franc quand il est cultivé dans des sols non-calcaires et sur prunier myrobolan pour terres calcaires qui les acceptent tout à fait.

Le cerisier :

Le cerisier est un arbre qui s’adapte à un grand nombre de sols, de climats et donc de régions, en dehors des sols détrempés. Il est de fait possible d’utiliser de nombreux porte-greffes.

Greffé sur le merisier – prunus cerasus avium, il acceptera les terres riches, humifères, fraîches, profondes et siliceuses. Les cerisiers prunus Sainte Lucie et prunus Mahaleb se plaîsent très bien dans les sols arides, rocheux ou calcaires et font des arbres de belle taille
Greffé sur cerisier franc – cerasus communis, le cerisier se cultive facilement dans les sols siliceux, sableux, et même dans les sols généralement réservés aux vignes. Voir la culture du cerisier

Le cognacier :

Deux type de porte-greffes selon situation, ils sont greffées sur cognassier de Provence quand ils sont cultivés dans des sols calcaires ou sur cognassiers d’Angers quand il sont cultivés dans des terres acides et non calcaires. Voir la culture du cognassier

Le pêcher :

Ils donnent de meilleur résultats de production et de longévité quand ils sont cultivés greffés en porte-greffe. Généralement comme l’abricotier, les pépiniéristes utilisent le prunus myrobolan qui donne de très bons résultats et peuvent être cultivés dans de nombreuses terres.

Le prunier :

Les pruniers peuvent être greffés sur différents porte-greffes pour répondre aux particularités de terrain :
• Le prunier franc ou le prunier myrobolan est parfait pour les cultures en demi-tiges et haute-tiges sur terrains secs et caillouteux.
• Le prunier Saint Julien est recommandé comme porte-greffe cultivés dans les sols frais et lourd, il permettra une forme buissons basse-tige et aussi en espaliers. Voir la culture du prunier

Le pommier :

Les porte-greffes pour les pommiers sont assez nombreux, mais en réalité, 3 variétés de pommier dans les vergers et les jardins d’amateurs qui s’essayent aux greffes trustent les places.
• Le pommier Franc ‘Bittenfelder’ Malus sylvestris, Malus pumila : issu de semis réservés aux arbres de plein-vent élevés en demi-tige ou haute-tige.
• Les pommiers doucins, Malus pumila, est utilisé pour les formes basses en buisson et basse-tige.
> Le « Doucin de Fontenay » correspond à la référence M2 des porte-greffes Malling…
> Le « Doucin jaune de Holstein », la référence M4…
> Le « Doucin Reinette » ou « Doucin vert » portant la référence M7…
• Les pommiers paradis Malus pumila, sont utilisés pour les formes en espaliers.

Le prunier

Les pruniers sont généralement gréffés sur des porte-greffes issus de variétés de… Pruniers.
Le prunier franc ou le prunier myrobolan idéal pour les arbres en demi-tiges et haute-tiges. Le prunier franc convient parfaitement aux sol sec et caillouteux.
Le prunier Saint Julien à élever dans les sols frais et lourd notamment pour les prunier de petite taille et/ou taillé en espaliers.

Quelle forme pour quel arbre fruitier ?

Certaines espèces, comme le cerisier, peuvent être cultivés dans toutes les formes, mais ce n’est pas vrai pour tous les fruitiers en arbre.

Forme Haute-tige (tronc de 1,6 à 2 m) :

Quelles espèces :

Cerisier, châtaignier, Kaki ou plaqueminier, néflier, noyer, pêcher, poirier, pommier et enfin prunier

Durée de formation :

5 années environ

Forme Demi-tige (tronc de 1,2 à 1,5 m) :

Quelles espèces :

Abricotier, agrumes, amandier, cerisier, cognassier, Kaki ou plaqueminier, néflier, pêcher, poirier, pommier, prunier

Durée de formation :

4 années environ

Forme Basse-tige (tronc de 0,4 à 0,8 m) :

Quelles espèces :

agrumes, cerisier, olivier, poirier, pommier, prunier

Durée de formation :

4 années environ


Le greffage est incontournable puisqu’il permet de conserver toutes les caractéristiques génétiques de la plante mère. Bien que délicate, cette opération consiste à reproduire les différents végétaux en unissant deux espèces. Le premier ou greffon est celui qu’il faut faire développer et le second, appelé plante support, et celui qui s’enracine. Pour ce faire, il faut s’assurer que les cambiums des deux végétaux s’unissent. En d’autres termes, la zone où circule la sève élaborée doit coïncidée pour provoquer une connexion vasculaire et pour que le greffon soit nourri.

La période de greffage dépend de l’arbre fruitier à greffer, en notant que chaque espèce se rapporte à un ou plusieurs types de greffe. En effet, les greffes de printemps s’effectuent à œil poussant tandis que les greffes d’été se font à œil dormant. Avant de commencer la greffe, veillez à choisir le bon greffon, un arbre sain et productif. Voici comment procéder une greffe en été :

– Prélever deux rameaux greffons avec trois yeux fermés
– Couper la base en biseau
– Fendre ensuite le porte-greffe et implanter le greffon en l’enfonçant jusqu’à faire coïncider les écorces
– Fixer l’ensemble avec du mastic à greffer
– Couper la ligature une fois la greffe réussie
– En février ou en mars de l’année suivante, couper obliquement le tronc du porte-greffe à 7 cm au-dessus du point de greffe


Liste des porte-greffes :

Porte-greffes pour abricotier :В

Myrobolan : pratiquement tout type de sol.

Franc d’abricotier pour sol sec et calcaire, pour former des tiges.

Franc de pГЄcher pour sols non calcaire, mise Г fruits rapide, pour former des tiges.

Prunier Reine Claude pour sol lourd, pour former des gobelets ou taillГ© Г la diable.

Prunier Mariana : ce porte-greffe fournit des arbres vigoureux pour former des tiges ou des gobelets

Porte-greffes pour amandier :В

Amandier franc : pour sol sec et calcaire.

PГЄcher franc : pour sol sableux, frais, profond, non calcaire.

Porte-greffes pour Cerisier :

Merisier : pour sol frais Г humide, pour former des tiges.

Ste Lucie : uniquement pour terrain sec.

Cerisier franc sol profond et frais, pour former des tiges.

Portes-greffes du PГЄcher, Nectarine :В

PГЄcher franc : sol frais, profond, non calcaire.

PГЄcher franc Sylvestris : sensible au sol calcaire.

Amandier franc : pour sol sec et calcaire.

Prunier Damas : rГ©sistant Г la chlorose.В

Prunier St Julien d’Orléans : Résistant au chancre bactérien.

Prunier GF 665 2 : pour des sols lourds, mГЄme un peu calcaires

Portes-greffes du Poirier :В

Cognassier de Provence (INRA BA 29) : sol sec, calcaire pour palmette.

Cognassier d’Angers : sol limoneux pour petite palmette.

Porte-greffes du pommier :В

Doucin de Fontenay : sol sec mГЄme mГ©diocre, pour cordon, palmette ou gobelet.

Malling 106 (M 106) : sol frais et profond pour gobelet, palmette et fuseau.

Malling 26 (M 26) : supporte les sols secs pour codon et palmette.

Malling 2 (M 2) : supporte les sols humides pour cordon et palmette.

Malling 9 (M 9) : sol humide pour cordon et petite palmette.

Malling 111 (M 111) : sol sec, profond mГЄme pauvre pour cordon et fuseau.

Porte-greffes du prunier :В

Amandier franc : pour sol sec et calcaire.

PГЄcher franc : sol frais, profond, non calcaire.

Prunier INRA Brompton : sol lourd, supporte le calcaire, pour tige ou gobelet.

Myrobolan : pratiquement tout type de sol

Prunier de St Julien : sol lourd et humide tolГ©rance au calcaire, pour gobelet et basse tige.

OГ№ trouver des porte-greffes :

Les porte-greffes sont affaire de spécialiste et il est rare d’en trouver dans le commerce pour les particuliers. Les pépinières qui produisent les porte-greffes les expédient aux pépiniéristes professionnels.

Depuis peu, il existe quelques pГ©piniГЁres qui vendent des porte-greffes comme celle-ci : http://www.beaufort-jeunes-plants.fr/vegetaux/porte-greffes.html

Vous pouvez aussi produire vos porte-greffes par semis ou bouture de bois sec. Le marcottage est aussi une autre mГ©thode.

Le nom des porte-greffes est rarement indiquГ© sur les arbres vendus en jardinerie. Renseignez-vous sur le porte-greffe utilisГ©, car cela aura une influence sur le dГ©veloppement de votre arbre fruitier.В


Comment greffer un arbre fruitier ?

Pour greffer un arbre fruitier, il faut respecter la bonne période afin d'obtenir des résultats satisfaisants.

Le greffage sera donc effectué en fonction du fruitier à greffer, sachant que chaque espèce correspond à un ou plusieurs modes opératoires (type de greffe).

  • Les greffes de printemps se font à œil poussant,
  • les greffes d'été sont effectuées à œil dormant.

Tout d'abord, il faut sélectionner le bon greffon. Il sera choisi sur un arbre sain, robuste, productif et exempt de maladies d'arbre fruitier.

Pour une greffe effectuée en été sachant que les tissus ne doivent, en aucun cas, se dessécher :

  • L'écorce devra se décoller facilement
  • il faudra prélever deux rameaux greffons qui ont 3 yeux formés et couper la base en biseau
  • ensuite, fendre le porte-greffe et insérer le greffon qui sera enfoncé jusqu'à faire coïncider les écorces
  • maintenir l'ensemble avec du mastic à greffer.

Une fois la greffe réussie, vous les séparerez en coupant la ligature. L'année suivante, en février ou en mars, vous couperez obliquement le tronc du porte-greffe, à 7 cm environ au-dessus du point de greffe.


Choisir un porte-greffe pour l’abricotier

Le porte-greffe et l’arbre fruitier

Le choix du porte-greffe pour l’abricotier est crucial pour la vie de votre arbre fruitier. En effet, le porte-greffe est un intermédiaire entre le sol et l’arbre fruitier. Il doit donc être bien adapté au terrain, mais assouplit de ce fait l’adaptabilité de l’arbre fruitier en lui-même.
L’abricotier est un arbre aimant les sols secs et pauvres, mais il pourra être planté en sol compact et peu drainant grâce au porte-greffe approprié. Le porte-greffe influe également sur la vigueur de l’arbre à venir en ajoutant la sienne propre. La mise à fruit et la productivité sont aussi grandement impactées par le porte-greffe, tout comme les caractéristiques des fruits (calibre, fermeté, goût). Autre point important, la résistance aux maladies. Les abricotiers, comme la plupart des arbres fruitiers, sont sensibles à des agents pathogènes, sensibilité que le porte-greffe peut améliorer. La façon dont vous allez conduire l’abricotier et la place dont vous disposez sont aussi des facteurs à prendre en compte.
Les variétés d’abricotiers ont également leurs propres caractéristiques, vous devrez donc jouer avec les forces des uns et les faiblesses des autres. Le porte-greffe pour un abricotier ‘Polonais’ ne sera pas forcément le même que le porte-greffe d’un abricotier ‘Rouge du Roussillon’ ! Il faudra aussi tenir compte d'éventuelles incompatibilités.
C’est pourquoi, avant l’achat du porte-greffe pour votre futur abricotier (ou avant l’achat du scion, déjà greffé), vous vous accorderez le temps de la réflexion. Les endroits où acheter un porte-greffe pour l’abricotier sont nombreux. Vous pouvez en trouver en jardinerie, chez les pépiniéristes, mais aussi sur internet ou dans les associations et autres foires et bourses aux greffons.

Tout végétal ne peut pas servir de porte-greffe, et les arbres fruitiers ne se greffent que sur certaines essences, il y a de nombreuses incompatibilités même dans le même genre.
La plupart du temps, greffon et porte-greffe appartiennent à la même espèce, bien que de variétés différentes. Les abricotiers sont des Prunus, ils pourront être greffés sur des abricotiers, des pruniers, des pêchers et des amandiers. Le prunellier peut être utilisé mais il est incompatible avec de nombreuses variétés d’abricotier.

Le franc d’abricotier

L’abricotier est un fruitier méditerranéen, qui se plaît en sols caillouteux, secs et pauvres, très bien drainés et profonds. Il résiste d’ailleurs très bien à la chaleur, à la sécheresse, et tolère bien le calcaire et les sols salés, par contre il redoute les excès d’humidité. Sa grande longévité s’accompagne d’une belle vigueur, qui le réservera aux formes de plein vent voire demi-tiges. Sa mise à fruit est lente, comme c’est souvent le cas avec les francs et les arbres qui vivent longtemps. Il offre à son greffon une bonne productivité et améliore les qualités gustatives des abricots. Il est compatible avec les variétés d’abricotiers. Il est sensible au pourridié, à la verticilliose.

Le saviez-vous ? Faire un porte-greffe franc d’abricotier est très simple car les francs se reproduisent par semis. Les résultats sont cependant hétérogènes, c’est pourquoi ils sont utilisés comme porte-greffes et non comme arbre fruitier sur propres racines.

Les amandiers et pêchers

  • Le franc d’amandier : peu exigeant quant à la nature du sol, il tolère même les sols pauvres ou très calcaires. Par contre il apprécie peu les sols froids et compacts. Malgré un développement lent, il déploie une grande vigueur fort bien adaptée aux abricotiers de plein vent. Il donne une bonne productivité.
  • Le franc de pêcher : il se plaît en sols, sableux ou caillouteux, bien drainés et redoute les sols lourds et détrempés. Il a une vigueur importante et une mise à fruit rapide. Il est très sensible à l’ECA (la maladie de l’enroulement chlorotique de l’abricotier)qui le fait dépérir.
    • Le franc de pêcher Rubira sera un bon porte-greffe pour des abricotiers en demi-tiges ou basses-tiges car sa vigueur est faible. Il se plaît en sols pauvres et drainants, sableux et limoneux sans excès de calcaire. Sa longévité est courte et sa mise à fruit précoce. Peu sensible à la bactériose mais sensible au pourridié. Au contraire des autres pêchers, il est compatible avec les variétés rouges.
    • Le pêcher GF 305 : sa grande vigueur s’accorde bien aux abricotiers de plein vent ou en demi-tige. Il se plaît en sols bien drainés, neutres à acides, quelle que soit leur nature, mais surtout sableux et limoneux. Il a une bonne productivité, par contre il rejette certaines variétés. Il est assez tolérant au chancre bactérien, mais est sensible à l’ECA (mortel), au pourridié et aux nématodes. Incompatible avec les variétés d’abricots rouges.
    • Le pêcher Montclar : de vigueur moyenne. Il aime les sols limoneux, légers mais redoute les sols trop calcaires. Sa mise à fruit est rapide et sa productivité élevée. Il résiste bien à la chlorose, à la bactériose, par contre sensible au pourridié, ECA mortelle. Incompatible avec les variétés d’abricots rouges.
  • Le GF 677 : forte vigueur. Cet hybride pêcher et amandier s’adapte bien aux sols secs et calcaires et il tolère mieux les sols peu drainants et froids que le franc d’amandier. Résistant à la chlorose ferrique.

Les pruniers

  • Le franc de prunier : il convient pour les sols froids et compacts.
  • Le franc de myrobolan : peu exigeant en ce qui concerne le sol, tolérant bien les terrains mal drainés mais aussi la sécheresse, il est de vigueur moyenne, bien adapté aux basses-tiges, aux formes palissées, d’autant plus que son point de greffe est relativement fragile. Bon ancrage au sol. Sa croissance est rapide, par contre il drageonne beaucoup et il est incompatible avec certaines variétés comme le ‘Rouge du Roussillon’ ou le ‘Canino’.
  • Le myrobolan B : une grande vigueur, se plaît en sols lourds mais drainants, tolère le calcaire. Mise à fruit lente. Bonne compatibilité.
  • Le prunier Mariana GF 8-1 : de grande vigueur, cet hybride de myrobolan et de Prunus munsoniana sera associé à des variétés convenant aux formes en demi-tiges ou en gobelets. Il a une préférence pour les sols humides, tolère le calcaire et il est assez rustique. Sa mise à fruit est rapide. Ce porte-greffe peut facilement être multiplié par boutures. Il n’est pas compatible avec de nombreuses variétés. Sensible à l’ECA, peu sensible au pourridié et à la bactériose.
  • Le prunier Brompton : sélection de prunier domestique. De très bonne vigueur et pourvu d’un bon ancrage, il est adapté aux abricotiers de plein vent. Il est assez rustique mais sensible aux viroses. Il est facile à multiplier par boutures.
  • Le prunier Saint-Julien A : une petite vigueur pour ce porte-greffe. Sa mise à fruit est rapide et sa productivité moyenne.
  • Le reine-claude 1380 : de bonne vigueur, il sera réservé aux formes en demi-tiges. Il apprécie les terres relativement compactes, fraîches mais assez drainantes. Il est sensible à la bactériose, à l’ECA mais peu à la verticilliose. Il a une bonne compatibilité. Il est drageonnant.
  • Le prunier Torinel : de moyenne à petite vigueur, vous l’utiliserez pour des abricotiers palissés ou en gobelets. Il se plaît en terres lourdes mais peu calcaires. Il drageonne beaucoup.
  • Le Julio Ferdor : porte-greffe sélection de Saint-Julien de vigueur moyenne, il conviendra bien aux demi-tiges et aux abricotiers palissés. Il se plaît en terres lourdes sans excès de calcaire. Bonne compatibilité.
  • Le King Claude : de grande vigueur, il sera employé pour des formes en demi-tiges. Il aime les terres argileuses ou limoneuses, assez compactes mais drainantes et tolère un peu de calcaire. Mise à fruit lente. Sensible à la bactériose, à l’ECA, peu sensible à la verticilliose. Il a une bonne compatibilité. Tendance à drageonner.
  • Le Rootpac : hybride de myrobolan et d’amandier, ce porte-greffe de l’abricotier offre une bonne vigueur. Sa mise à fruit est rapide et sa productivité très bonne. Il est peu sensible à l’asphyxie des racines en sols lourds et résiste bien aux nématodes.

Astuce : chaque porte-greffe a des avantages et des inconvénients, rares sont ceux qui sont parfaitement adaptés à tel ou tel environnement. Pour résoudre ce problème, il est possible de réaliser une greffe intermédiaire. Par exemple, on placera un greffon intermédiaire de pêcher pour compenser la mise à fruit très lente du franc d’amandier .


Porte-greffes de rosiers, semis ou boutures ?

Pour avoir de beaux rosiers, vérifiez que leur porte-greffe est adapté au sol de votre jardin – © J.-F. Coffin

Porte greffes de bouture

Les porte-greffes de bouture sont utilisés dans les régions à hiver doux : Bassin méditerranéen, Californie, Texas, Afrique du Sud, Australie, etc. Les boutures sont faites à partir de bois aoûté de calibre 8 à 10 mm de diamètre et de 20 à 25 cm de long. La plantation se réalise en plein champ en fin d’été, début d’automne. Les boutures sont ou ne sont pas bourrelées au préalable et protégées de la dessiccation par un buttage avec la terre en place et l’utilisation d’arrosage aérien.

Principaux porte-greffes utilisés

Greffage pour les variétés fleurs coupées : le porte greffe et bouturé puis la variété est greffée en écusson. On voit ici le démarrage du greffon – © N. Dorion

Rosa indica ‘Major’ dans le bassin méditerranéen. Très bonne résistance aux sols calcaires, sensibilité marquée aux gelées extrêmes, système racinaire souple et bien divisé adapté à la culture en pots, excellente aptitude au forçage en serre chaude. De nombreux clones ont été sélectionnés. On en retrouve encore la trace dans les haies libres de Provence avec leur floraison rose pâle précoce et abondante de fleurs doubles.

Rosa ‘Dr. Huey’ aux États Unis. Hybride de R. multiflora, ne supporte pas les terres alcalines. Facile à raciner, excellente reprise au greffage, racines divisées et souples propices aux plantations en conteneur. Floraison printanière stricte, rouge soutenu, demi double, abondante.

Rosa ‘Manetti’ aux États Unis et Amérique du Sud. Surtout utilisé comme porte greffe pour les rosiers de serre. Résistant au calcaire, plus résistant au froid que l’Indica. Système racinaire moyennement divisé, profond, plutôt rigide. Un bon porte-greffe tout terrain.

Rosa multiflora. Afrique du Sud, Japon, Australie. De nombreux clones ont été sélectionnés dans ces différentes régions. Parfois classé plante envahissante. Adapté aux sols acides et à la mise en conteneur.

A noter le Natal Briar qui est une sélection de Multiflora surtout utilisé pour réaliser des greffes/bouture dites « Stunting » en cycle court et serre chaude pour la production de rosiers de serre.

Porte-greffes de semis

Les porte-greffes de semis sont produits par des horticulteurs spécialisés qui élèvent les jeunes plants pendant toute une saison à partir de semis réalisé directement en pleine terre. A la récolte en hiver, ces jeunes plantes sont calibrées en fonction du diamètre du collet en mm. 2/3, 3/5, 4/6, 6/8, 8/10, 10/12.

Deux grandes familles : Canina et Multiflora

Un Rosa multiflora, un porte-greffe adapté aux sols acides et aux conteneurs – © N. Dorion

Multiflora. Porte greffe dominant dans la vallée de la Loire. Ses avantages sont les suivants. Les plantes produites sont très ramifiées et trapues. Le système racinaire est lui aussi plus divisé et souple, ce qui favorise une mise en conteneur ultérieure. Il permet de produire un rosier fleuri très attractif en jardinerie. L’inconvénient majeur est qu’il ne supporte pas les terres alcalines qui sont largement majoritaires sur le territoire français. Il y développe une carence ferrique qui rend le feuillage jaunâtre, seules les nervures des feuilles restent vertes. Dans ces mauvaises conditions de sol, la plante dépérit en quelques années et meurt. La couleur des fleurs produites est légèrement plus claire. Sur une carte géologique de la France on peut visualiser la gravité de la situation pour ce porte greffe. Les zones favorables sont : la Bretagne, du Cotentin au sud de l’estuaire de la Loire, le Massif-Central, les Pyrénées, la Corse, les Vosges. Les zones à très forte densité de population sont toutes à proscrire. Région parisienne, le Nord, la vallée du Rhône, La vallée de la Garonne, la Cote d’Azur (à part l’Esterel et le Maures).

Canina. De nombreuses espèces de Canina ont été utilisées en Europe. Les plus célèbres ont été le Pfanders pour réaliser les piles des rosiers tiges, le Froebelii dans la région lyonnaise. Mais celui qui domine largement à ce jour est le Rosa Laxa. Depuis toujours dominant en Angleterre et Allemagne, il a aussi gagné ses lettres de noblesse en France. Il est difficile de dire s’il y a un rapport avec le R. laxa de Llindley ou le R. laxa de Retzius mais, pour un praticien, il est très proche de ses cousins Canina avec quelques particularités. Le système racinaire est profond, plutôt rigide et organisé en griffes moyennement divisées. Le feuillage est terne, mat avec une sensibilité marquée à la rouille. Excellente résistance aux sols calcaires, à la sècheresse et au gel par ses racines profondes. Il est recommandé de le greffer tôt pour éviter les arrêts de sève qui compromettent la reprise au greffage. Malgré cette contrainte pour les producteurs, le Laxa a pris le dessus sur ses concurrents car au moment de l’opération de rabattage qui consiste à supprimer la partie aérienne du porte greffe au dessus du point de greffe, il émettait beaucoup moins de « têtes de chat » un redémarrage de la partie sauvage au dessus du point de greffe. Ces « têtes de chat » doivent être supprimées manuellement, ce qui représente une opération supplémentaire longue et coûteuse. Les rosiers produits ont un calibre plus petit que sur Multiflora et la présentation commerciale en jardinerie un peu moins flatteuse malgré un coloris plus intense. La durée de vie des rosiers sur Laxa ou une autre espère de Canina peut dépasser les vingt ans et ces rosiers sont sans aucun doute une meilleure garantie pour le jardinier consommateur final.

Citons enfin le Rosa canina ‘Inermis’ qui connut son heure de gloire en Allemagne et en Hollande pour la production de greffe à chaud ou greffe sur racine pour la production de rosiers de serre l’ancêtre du « Stunting ».

Une autre histoire à écrire

Au début du vingtième siècle la production de rosier se partageait assez équitablement entre rosier greffé et rosier sur ses propres racines. Après la seconde guerre mondiale le greffage est devenu la règle pour tous les producteurs de rosiers de la terre entière. Il a fallu attendre le début des années 1980 pour que des créations nouvelles prouvent à nouveau leur valeur une fois cultivée sur leurs propres racines. Aujourd’hui, au XXI e siècle, il existe des sélections qui peuvent tout à fait se passer de greffage et ce dans toute les catégories commerciales de rosiers. Le rosier de bouture présente des avantages novateurs mais ce n’est pas une panacée. Une autre histoire pourrait s’écrire.

Correspondance botanique

Rosa indica ‘Major’ (Rosa x odorata ‘Fun Wan Lo’ / ‘Fen Zhuang Lo’)

Rosa ‘Dr. Huey’ aux États Unis. Hybride de R. multiflora : Sélectionneur : Capt. George C. Thomas en 1914 Introduit aux USA en 1920 par Bobbink & Atkins et A.N. Pierson

Rosa ‘Manetti’ (Rosa x noisettiana ‘Manetti’)

– Natal Briar (Rosa ‘Natal Briar’)

– Pfanders (Rosa canina ‘Pfanders’)

– Froebelii : Selon Helpmefind « Rosa coriifolia var. froebelli ou Rosa canina froebelii, ou Rosa dumetorum ‘Laxa’, sont souvent regroupés sous le vocable ‘Laxa’ ou Rosa laxa quand ils sont utilisés comme porte-greffe.

d’après Valéry Malécot


Porte-greffes pour fruitiers, tout savoir pour bien choisir les porte-greffes

Point sur les porte-greffes pour la plantation des agrumes au Niger.

Rédaction : Florent Birchen (RECA/PromAP), Abdoulbaki Mahamane (RECA) / Mars 2021.

Une personne qui veut planter un arbre fruitier (agrume, manguier, pomme du Sahel) va choisir dans la majorité des cas un plant greffé. Ce plant greffé est constitué de deux parties : le porte-greffe et le greffon.

La majorité d’entre nous va bien faire attention pour choisir la variété ou les variétés des arbres fruitiers qu’il veut planter. On s’intéresse donc au choix du greffon.

Le porte-greffe est, quant à lui, le plant sur lequel le greffon va être placé. Il va ainsi assurer le développement les parties racinaires de l’arbre : il sera donc responsable de la forme de son enracinement, de la vigueur de la plante, ainsi que de la résistance à certaines maladies du tronc et des racines.

Lors de l’achat d’un plant, on a souvent tendance à s’intéresser au choix de la variété du greffon, mais pas au choix du porte-greffe.

Au Niger, seulement deux variétés de porte-greffes adaptées au Sahel sont disponibles : le Bigaradier (Citrus aurantium), et le Volkameriana (Citrus limonia osbek).

Ces deux espèces sont présentes depuis de nombreuses années. Elles peuvent être trouvées chez certains arboriculteurs qui utilisent leurs graines afin de produire des porte-greffes, sur lequel un greffon sélectionné sera ensuite ajouté. Il est également possible d’acheter des graines de ces porte-greffes. Chacune a ses caractéristiques.


5 astuces pour devenir plus autosuffisant pendant le confinement

Comment profiter du confinement pour moins dépendre du système et devenir plus autosuffisant ? Cette crise du covid-19 peut aussi avoir des cotés positifs. Que tu sois en ville ou à la campagne, voici 5 astuces pour développer ton autonomie malgré le confinement.1.


Video: La forêt fruitière de Karmaterre


Article Précédent

Plantes succulentes noires - En savoir plus sur les plantes succulentes de couleur noire

Article Suivant

Comment faire pousser du chou-fleur